Oui, mais dans certaines conditions seulement, seule l’extrémité avec la tête survit et elle doit également être assez longue pour contenir le clitellum et au moins 10 segments derrière celui-ci.

L'ensemble correspond à environ la moitié de la longueur du ver.
Les nouveaux segments postérieurs régénérés sont légèrement plus petits en diamètre que les segments originaux et parfois d’une couleur plus pâle.
L'extrémité amputée contient uniquement la partie terminale de l'intestin, elle ne survit pas à la séparation du corps. Pour conclure, l'amputation du ver de terre est accidentelle, on ne peut pas faire d'analogie avec la perte d'une queue comme pour le lézard.