Menu principal

La montagne accouche d’une souris !

L’expression est adaptée de « La montagne accouche d’une souris ». Jean de La Fontaine vulgarise cette expression dans sa fable « La montagne qui accouche''. Aujourd'hui, l'expression s'applique à tous les domaines. Elle signifie que le résultat est disproportionné à l’attente, ou la conséquence est décevante par rapport à l'objectif annoncé.

Horace la cite déjà, et plus proche de nous, Jean de la Fontaine vulgarise l’expression dans la fable : « La montagne qui accouche ».
J’ai entendu une variante : « la montagne accouche d’un ver de terre ».

La relation entre la montagne et un autre petit animal, tel le ver, est tout aussi valable que la souris. Dans le contexte de sa fable, La Fontaine devait trouver la rime avec Paris ;-)

Une montagne en mal d'enfant
Jetait une clameur si haute
Que chacun, au bruit accourant,
Crut qu’elle accoucherait sans faute
D’une cité plus grosse que Paris.
Elle accoucha d'une souris

Avec la ville de Nanterre (par exemple) le résultat fut tout autre...

Une montagne en mal d'enfant
Jetait une clameur si haute
Que chacun, au bruit accourant,
Crut qu’elle accoucherait sans faute
D’une cité plus grosse que Nanterre.
Elle accoucha d'un ver de terre

Et hop, à table la soupe est servie !

 

Autres articles en relation avec ce sujet

FacebookTwitter