Main menu

L'ami des jardins

Auteur : Olivier BRIAT

L'AMI DES JARDINS

Sa hideur n'a d'égale que son utilité;
Il passe toute sa vie dans la terre, sous nos pieds.
Hissant son long corps mou, creusant maintes galeries,
Il vit raillé par nous, méprisé pour la vie.

Quand la pluie apparaît, il quitte son foyer,
Sous les feuilles disparaît pour être protégé
Car nous sommes nombreux: pêcheurs, rongeurs, oiseaux
A convoiter sa chair, à en vouloir à sa peau.

Par miracle parfois, il échappe à ses tueurs,
Aux animaux sournois qui sont ses prédateurs,
Lors, il peut travailler dans nos plus beaux jardins
Aidant à faire pousser les plantes qu'on aime bien.

La nuit, il ne dort pas, cherchant l'humidité;
On le voit quelquefois dessus l'herbe mouillée.
Il se nourrit de terre, il a besoin de peu
Pour le satisfaire; il n'a même pas d'yeux.

Il finira sa vie, appât pour les poissons
Ou bien après la pluie, séchant sur le goudron
A moins qu'il ne renaisse, son corps coupé en deux;
Il aura l'assurance de vivre un peu plus vieux.

Puis lorsqu'il s'éteindra, pour de bon cette fois,
Que devenu poussière, son corps s'envolera,
Pour ne pas qu'on l'oublie, d'autres bêtes par millions,
Bien d'autres spaghettis feront leur apparition.

 

Olivier BRIAT
Poème publié le 19 avril 2012

http://www.poeme-france.com/poeme-144485-l-ami-des-jardins.html
http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/olivier_briat/olivier_briat.html

 

Autres articles en relation avec ce sujet

FacebookTwitter