Menu principal

Quelles différences entre lombric et ver de terreQuelles sont les différences entre un ver de terre et un lombric ?

Le lombric est un genre de ver de terre, le ver de terre est communément appelé lombric. Lumbricus terrestris est le nom latin d’une grande famille lombric qui vit dans la terre. Le lombric terrestre commun est la plus grande espèce dans le genre. 

Le genre lombric comporte une dizaine d'espèces communes dont : lumbricus terrestris, lumbricus rubellus, lumbricus castaneus et lumbricus festivus. Ces espèces de ver de terre se distinguent entre autres par des différences de couleur, de longueur et de grosseur.

Le lombric appartient à l'embranchement des annélides. Son corps est constitué d'une succession de 150 anneaux environ, chaque segment porte des soies qui l'aident à se déplacer. Le deuxième segment est le péristomium, il porte la bouche. Le dernier segment est appelé périprocte, il porte l'anus.

En surface, le ver de terre épigé se nourrit de matières organiques et de végétaux en décomposition et creuse peu de galerie horizontale. De petite taille, son corps cylindrique est d'une couleur pigmentée rouge foncé à brun. Un taux de reproduction élevé compense leur durée de vie courte. En France,  l'espèce Eisenia foetida est communément utilisé pour le compostage. Le nightcrawler Eudrilus eugeniae représente la population active et majoritaire des vers de compost en Afrique.

Le ver endogé vit en permanence dans le sol. Il se déplace en creusant des galeries horizontales, juste sous la surface du sol au contact des racines des végétaux, ou un peu plus profondément. Ses galeries sont aussi son garde-manger, il ingère la terre devant lui et assimile la matière organique et les micro-organismes. Après son passage, il défeque derrière lui dans sa galerie. Comparativement aux autres vers, la peau du ver endogé est clair, couleur blanc à rose pâle (Aporrectodéa icterica).

Grand fouisseur, le ver anécique descend plus en profondeur dans des galeries verticales profondes de 1 m environ. Sa tête pointue et sa queue plus plate, la couleur de son corps évolue du rouge clair au brun. Il remonte en surface la nuit pour se nourrir de litière qu'il emporte dans sa tanière. Les micro-organismes du sol transforment la matière organique, ensuite le ver consomme cette nourriture préparée. "Il fait caca" à la surface, autour de l'entrée de sa galerie. Ces traces visibles forment des tortillons de terre nommés les turricules. Ainsi le ver anécique participe activement au brassage vertical de la matière.

La nuit, le ver de terre remonte à la surface et entraine de la litière de feuilles dans les profondeurs de son terrier. Le ver de terre est un animal fouisseur. Il participe à la bioturbation du sol, c’est-à-dire au mélange des couches du sol. Pendant sa progression, le ver ingère de la terre et absorbe des micro-organismes qu'elle contient.

 

Autres articles en relation avec ce sujet

FacebookTwitter