Menu principal

De la poudre de vers de terreDe la poudre de vers de terre

De la poudre magique… La petite fumée laissée dans le sillage du ver de terre quand il prend la poudre d’escampette… De la poudre jetée aux yeux d’un observateur… Un maquillage pour séduire sa belle… Des vers de terre en poudre ?

Lombriculture sous paillis en plein champ

Des milliards d’humains mangent des protéines quotidiennement, pour ce faire des animaux d’élevage naissent, grossissent et meurent pour finir dans l’assiette. Proie-prédateur, victime-bourreau, mangé-mangeur, quel qu’ils soient les êtres vivants mangent des aliments pour demeurer en vie. Les aliments apportent l’énergie et les éléments nutritifs nécessaires au fonctionnement des organes vitaux du corps dans son entier. Les apports journaliers d’aliments doivent être variés et adaptés à la dépense énergétique, le sens commun de « l’équilibre alimentaire » signifie une consommation de produits bénéfiques à la santé en limitant les produits riches en sucre, en gras et en sel.

Pour entretenir ou restaurer la santé, la médecine traditionnelle chinoise enseigne et applique des pratiques millénaires : la pharmacopée, la diététique chinoise, l'acupuncture traditionnelle, les exercices énergétiques et le massage thérapeutique Tui Na.

La pharmacopée chinoise utilise les plantes, les herbes, les extraits d’animaux et de minéraux. Après les prises de conscience, des interdictions s’érigent contre l’utilisation de cornes de rhinocéros et d’éléphant, la bile d’ours, l’os de tigre, les dents de lion… La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction interdit le commerce de ces animaux. Mais le trafic de ces espèces sauvages perdure en Chine, notamment parce que le marché de ces médicaments prospère dans l’économie du pays.

Cette année 2020, à cause du Coronavirus COVID-19, les projecteurs de la presse ciblent le pangolin et éclairent ses belles écailles réduites en poudre « pour traiter le cancer » (lire l'avertissement ci-dessous). D’autres petits animaux subissent une déshydratation de leur corps par séchage et une réduction en poudre : le scorpion, l’hippocampe, la cigale...le ver de terre.

 

Ver de terre pheretima sous paillis

Les vers de terre sont massivement élevés et transformés en produits pour la pharmacopée chinoise. Di Long ou « Dragon de terre » est utilisé sous la forme entière et séchés, ou en poudre. Di Long désigne le ver pheretima, différentes espèces proviennent de plusieurs provinces chinoises. A l'état naturel, le ver de terre du genre Pheretima vit principalement en Nouvelle-Guinée et en Asie.

Le ver pheretima en Chine

   - Pheretima aspergillum : province du Guangdong

   - Pheretima vulgaris, Pheretima pectinifera, Pheretima guillelmi : province de Shanghai

   - Allolobophora calinosa : provinces du Jiangsu, Jiangxi, Zhejiang, Anhui, Shandong, Beijing, Hunan, Sichuan.

 

 

Ver de terre pheretima en poudreVer de terre pheretima séchéLes principaux opérateurs sur le marché des poudres de vers de terre sont : Anphu Earthworm, Kiryu KIRYU INTERNATIONAL Inc, Allearthworms Bio-Tech, Taj Agro International, XABC Biotech et Peilin Biological.

L’élevage du ver de terre nommé « lombriculture » est organisé sous paillis en plein champ, mais aussi dans des fermes agricoles. Enfermés dans des conteneurs, des milliers de vers se développent pour grandir jusqu’à la taille adulte. L’élevage industriel et intensif du ver pheretima s’adapte à la nécessité de produire une grande quantité de poudre de vers de terre pour répondre à la demande croissante du marché de la pharmacopée chinoise.

 

 Les applications de la poudre de vers de terre

Allégations de la pharmacopée chinoise avec la poudre de vers de terre Di Long (lire l’avertissement ci-dessous)

  • prévenir le thrombus cérébral
  • traiter l'infarctus du myocarde
  • prévenir une viscosité élevée du sang
  • traiter l'angine de poitrine, l’infarctus cérébral, le diabète, le syndrome néphrotique, l’ embolie pulmonaire et la thrombose veineuse profonde.

AVERTISSEMENT : Le site verdeterre.fr informe le lecteur que cet article n’est pas rédigé à des fins promotionnelles. Les allégations de santé chinoises ne sont pas vérifiées, les sources ne sont pas des résultats médicaux soutenus par des données cliniques.

Autres articles en relation avec ce sujet

FacebookTwitter